Baza de date „Diacronia” (BDD)
Titlu:

Elemente tracodacice păstrate în limba română

Autor:
Publicația: Anuar de Lingvistică și Istorie Literară, XXIX, p. 5
p-ISSN:0066-4987
Editura:Editura Academiei
Locul:Iași
Anul:
Rezumat:L’auteur soutient que l’interjection roumaine vai est d’origine thraco-dace. Le lat. vae, le goth. wai, le gallois gwae, le letton wai, l’arm. vay etc. nous permettent de reconstituer le mot dace *vai, qui s’est transmis au roumain. Le verbe roumain a se văita est également un mot d’origine thraco-dace, car le suffix -t- ne se trouve pas en roumain que dans le verbe a ofta, dérivé de l’interjection oh, of. Le lituanien présente le verbe vaitoti, et l’albanais, le verbe vailonj, avec le même sens, ce qui nous permet de reconstituer un indo-eur. primitif *vaitā-, hérité par le thraco-dace. Les interjections văleu, auleu etc. doivent avoir elles-aussi une origine thraco-dace.
L’auteur explique aussi les mots roumains sturz et scurt par le thraco-dace, et non par le latin, comme on l’a fait jusqu’à présent. Le fait que ces deux mots présentent, par rapport aux mots latins turdus et curtus, un s- initial, le détermine à admettre qu’ils sont des mots thraco-daces; le s- n’est autre chose que le s- mobile indo-européen, que l’on trouve aussi dans le lit. strādzas, le letton strazds et peut-être aussi dans le grec στροῦθος, dans l’anglais short et le vieux haut-allemand skurz avec le même sens. Le roumain scurt, de même que dans les mots congénères, conserve un participe passe indo-européen primitif, de la racine (s)ker- „taillé”, „coupé”.
Limba: română
Linkuri:  

Citări la această publicație: 1

Referințe în această publicație: 0

Lista citărilor/referințelor nu cuprinde decît texte prezente în baza de date, nefiind deci exhaustivă.
Pentru trimiterea de texte, semnalarea oricăror greșeli, și eventualul refuz ca „Diacronia” să facă publice textele, vă rugăm să folosiți adresa de email [Please enable javascript to view.].

Prima pagină: