“Diacronia” bibliometric database (BDD)
Title:

La légende du frère revenant dans la littérature moderne et contemporaine. Kush e solli Doruntinën ? d’Ismaïl Kadaré et Dina de Felicia Mihali

Author:
Publication: Analele Universității din București. Limba și literatura română, LVIII
p-ISSN:1220-0271
Publisher:Editura Universității din Bucureşti
Place:București
Year:
Abstract:L’essai ”La légende du frère revenant dans la littérature moderne et contemporaine. Kush e solli Doruntinën ? d’Ismaïl Kadaré et Dina de Felicia Mihali” se propose d’étudier comment le thème du frère revenant s’est manifesté, par de troublantes mutations ou par irradiation, en des traces fossilisées que l’exégèse révèle dans toute leur profondeur. Il réapparaît dans Dina, roman publié en 2008 par l’écrivaine québecoise d’origine roumaine Felicia Mihali. Comme l’auteure a disséminé plusieurs traces se référant explicitement au roman d’Ismaïl Kadaré Kush e solli Doruntinën ? (1980), nous avons suivi ce fil d’Arianne pour pénétrer dans le labyrinthe textuel et révéler les convergences entre les deux œuvres, après avoir repéré les principaux mythèmes qui composent le thème légendaire et les grandes constellations symboliques où il s’inscrit. Dans Kush e solli Doruntinën ?, Ismaïl Kadaré a repris directement le substrat légendaire et conservé le noyau primitif : le revenant reste le frère mais le motif du serment et celui de la malédiction maternelle justifient son retour du règne de l’au-delà, atténuant ainsi celui de sa passion incestueuse. Au contraire, Dina s’inscrit dans la lignée des œuvres centrées sur le fiancé fantôme, variante diffusée en Occident (à partir des Reliques of ancient english poetry de Percy et de la Lenore de Bürger) où manquent les séquences du serment et de la malédiction maternelle qui déclenchent la quête de Constantin. Felicia Mihali a opté pour la version cultivée de la ballade et n’a pas repris la version balkanique qui circulait pourtant avec les chants traditionnels roumains et qu’a suivie Lucian Blaga dans Înviere. Seule reste ici la passion maudite qui lie indissolublement le couple. Mais à la différence du Coup de grâce de Marguerite Yourcenar, roman fondé lui aussi sur le même substrat légendaire que la Lenore de Bürger tout en inversant les rôles actanciels, c’est à nouveau le cavalier ténébreux et spectral qui entraîne sa fiancée dans la mort. Dina représente ainsi une des dernières mutations crépusculaires de ce noyau légendaire remontant à la nuit des temps et qui continue à nous transmettre son feu très ancien.
Key words:Fantastique, Folklore, Imaginaire, Eros, Roumanie, Albanie
Language: French
Links:

Citations to this publication: 0

References in this publication: 0

The citations/references list is based on indexed publications only, and may therefore be incomplete.
For any and all inquiries related to the database, please contact us at [Please enable javascript to view.].